Occupation de la tour Mirabeau : «les sans-papiers déterminés»

Posté le 1 avril 2016 par csp93 dans Articles

Par Amandine Cailhol — 30 mars 2016 à 20:35
Les occupants doivent rencontrer le directeur de cabinet de la ministre.
Les occupants doivent rencontrer le directeur de cabinet de la ministre. Photo Patrick Hertzog. AFP

Collectifs, syndicalistes et militants réclament «un large processus de régularisations». Ils occupent la Direction générale du travail, à Paris, depuis mardi, et devaient être reçus au ministère ce mercredi, dans la soirée.

  •  Occupation de la tour Mirabeau : «les sans-papiers déterminés»

«La fermeté des syndicalistes, des sans-papiers et de leurs soutiens a permis qu’une délégation parte au ministère du Travail», se réjouit Jean-Claude Cluzel, le président de la Coordination 93. Ces sans-papiers, accompagnés de militants et de syndicalistes du ministère (CGT, SNU-TEFE-FSU, Solidaires et Droits devant) occupent depuis mardi le siège de la Direction générale du travail, au treizième étage de la tour Mirabeau (XVe arrondissement de Paris). Ils ont obtenu une première victoire : être reçus ce mercredi, à 18h30, par le directeur de cabinet de la ministre Myriam El Khomri.

Arrivés en nombre, autour de 350, mardi, vers midi, ils ont d’abord occupé le réfectoire du bâtiment, avant de grimper au treizième étage, une fois les CRS positionnés dans la rue pour «rendre toute évacuation plus difficile», explique Jean-Claude Cluzel. Depuis, «les 1 500 salariés qui y travaillent d’habitude ont été renvoyés chez eux», poursuit-il. «C’est une campagne que nous menons depuis un an. Nous avons déjà fait une occupation en janvier à l’Inspection du travail, mais cela n’avait rien donné. Là, il y a un sentiment de ras-le-bol. Les sans-papiers sont déterminés», note le militant.

Le but : «Demander des mesures pour reconnaître le travail au noir.» Ils réclament notamment «un large processus de régularisations qui assèche durablement ce terreau d’esclavagisme moderne», tout en fustigeant, dans un communiqué, la circulaire Valls de novembre 2012 qui «ne permet plus que des régularisations au compte-gouttes». Autant de revendications posées sur le bureau du directeur de cabinet de la ministre du Travail. Prochaine étape ? «On attend de voir le résultat de la rencontre», conclut Jean-Claude Cluzel. Pas question, donc, de lever le camp sans garanties.

 

http://www.liberation.fr/france/2016/03/30/occupation-de-la-tour-mirabeau-les-sans-papiers-determines_1442909

Répondre

D'autres nouvelles

Catégories

Articles

L’Europe cède à la panique dans le dossier des migrants

Le Monde.fr | 25.02.2016 à 22h27 • Mis à jour le 26.02.2016 à 16h28 |Par Cécile ...

MANIFESTATION CONTRE LA SUPPRESSION DE LA SOLIDARITÉ TRANSPORT POUR LES SANS-PAPIERS

RASSEMBLEMENT MERCREDI 17 FÉVRIER DE 10H A 12H A L’INITIATIVE DE l’UD ...

COMMUNIQUE: MOBILISATION DES TRAVAILLEUR(E)S SANS-PAPIERS DANS LES LOCAUX DE L’INSPECTION DU TRAVAIL DE PARIS

MOBILISATION DES TRAVAILLEUR(E)S SANS-PAPIERS DANS LES LOCAUX DE L’INSPECTION DU ...

Unmejorfuturo |
ASLvillabicetre82 |
Les enfants de Diofor et de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Agroecologie à Chaponost
| Photothèque de la section M...
| Clubretraitesrencontres8618...